22, v'là le poulet !

December 10, 2018

D'abord, quelques petites précisions...

Le poulet appartient à la famille des gallinacés. C’est une jeune volaille, mâle ou femelle, de la sous-espèce Gallus gallus domesticus, élevée pour sa chair.

Un poulet mâle est un coquelet, un poulet femelle est une poulette. Un jeune coq châtré pour que sa chair soit plus tendre est un chapon, une poulette à qui on a donné une nourriture riche pour retarder la ponte pour le même motif est une poularde.

A l’approche des fêtes de fin d’année, voilà des précisions qui sont loin d’être superflues…

 

En France, aucune volaille élevée pour sa chair n’est élevée en batterie, ni ne consomme de farines animales. Dans les élevages français, les antibiotiques ne sont jamais utilisés de manière préventive. Ils sont toujours soumis à prescription médicale.

Le Label Rouge et Le Poulet de Bresse sont des garanties de poulets de qualité supérieure avec une mention spéciale pour le poulet de Bresse à la saveur incomparable et à la chair très ferme.

 

 

Un concentré de protéines

 

Le poulet est une viande riche en protéines de bonne qualité et présente tous les acides aminés essentiels : acides aminés que l’organisme ne peut pas fabriquer lui-même.

Les protéines jouent des rôles structuraux : constitution des membranes cellulaires et des matrices intercellulaires ; et fonctionnels : formation d’hormones, enzymes, protéines immunitaires, protéines musculaires comme la myosine…

 


Le saviez-vous ?

C’est une viande maigre à condition de ne pas manger la peau qui concentre les lipides. Un filet de poulet contient 1% de lipides sans la peau contre 6% avec la peau.

 


Quels sont les autres atouts nutritionnels du poulet ?
 

1/ De multiples vitamines

 

* la vitamine B3 : elle intervient dans les réactions d’oxydo-réduction de l’organisme et dans la réduction des triglycérides, notamment dans le métabolisme énergétique de la cellule. Permet de maintenir une peau saine.

 

la vitamine B5 : elle constitue une partie de la coenzyme A, qui est indispensable au métabolisme cellulaire. Elle favorise également la cicatrisation et a des bienfaits sur la peau, les cheveux et les muqueuses. Elle intervient dans le fonctionnement du système immunitaire. Elle permet également de lutter contre le stress et joue un rôle dans la transformation des sucres et des graisses dans les cellules de l’organisme.

 

* la vitamine B6 : elle joue un rôle dans le métabolisme des protéines. Elle intervient dans le relargage du glucose. Elle participe également à la formation des globules rouges puis à la synthèse des neurotransmetteurs. Enfin, elle diminue le risque de formation de calculs urinaires.

 

* la vitamine B12 : elle participe à la coagulation du sang et à la synthèse d’acides nucléiques. Dans le groupe des viandes, le poulet est celle qui contient le moins de vitamine B12. Mais elle reste tout de même une source intéressante.

 

Les vitamines du groupe B sont des cofacteurs de différentes enzymes qui régulent le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines.

 

2/ De minéraux : 

 

* le phosphore : il participe à la minéralisation des os et des dents. Il est aussi l’un des constituants majeurs de certaines molécules (protéines et lipides par exemple).

 

* le fer : il intervient dans la synthèse de l’hémoglobine et de la myoglobine et participe aussi à des réactions métaboliques. Le fer héminique (d’origine animale exclusivement) est le fer le mieux absorbé par l’organisme, contrairement au fer non héminique (d’origine végétale). Par contre, ce n’est pas la source la plus intéressante pour le fer, puisque le poulet en contient 5 fois moins qu’une viande de boeuf.

 

* le zinc : antioxydant permettant la libération des glucides dans les cellules, il a un rôle dans la vision, le goût et l’odorat. Il limite le stress puis permet la prévention de maladies cardio-vasculaires et de certains cancers (côlon, poumon, prostate).

 

* le sélénium : c’est également un antioxydant qui joue un rôle dans le système immunitaire. Il a un rôle de prévention dans les maladies cardio-vasculaires et les cancers.

 

Ces deux derniers oligo-éléments, grâce à leurs propriétés antioxydantes, piègent les radicaux libres néfastes pour l’organisme puis protègent nos cellules du vieillissement physiologique.

 

 

Le poulet vu par les cuistots

 

Le poulet est la volaille la plus consommée et il se consomme de nombreuses manières. Il est excellent rôti, comme mijoté ou grillé. Sa chair blanche est particulièrement tendre et savoureuse.

Il peut s'accommoder de mille et une manières toujours délicieuses, simples ou plus complexes mais le plus souvent très appréciées.

C’est ainsi qu’il peut se préparer entier, au four, à la cocotte ou rôti. Il peut également se débiter en morceaux choisis. Les cuisses, les ailes et les blancs peuvent être vendus séparément.

 

Le poulet est, avec le porc, une des viandes les plus consommées au monde. Il s'associe à de nombreuses saveurs et bénéficie des apports culinaires traditionnels du monde entier. Ainsi, en fonction des pays, le poulet se déguste caramélisé ou accompagné d'une sauce à la noix de coco, au curry ou bien encore à la citronnelle ou à la cacahuète. Il se mange aussi en brochettes ou servi froid dans des salades, comme dans la salade Caesar. Le choix est vaste…

 

 

En ces temps de grisaille, partons au soleil avec cette recette de Colombo de poulet !

 

Ingrédients pour 4 personnes :
 

  • 1 poulet

  • 2 cuillères à soupe de poudre de colombo

  • 2 oignons

  • 2 aubergines

  • 2 poivrons

  • 1 piment

  • 3 gousses d'ail

  • Coriandre

  • Sel


Préparation :

 

1/ Découper le poulet en 8 morceaux, les faire revenir à l'huile sur feu moyen.

2/ Eplucher les oignons et les hacher, les ajouter au poulet ainsi que la poudre de colombo ; recouvrir d'eau froide ; saler et laisser cuire 40 minutes environ, remuer de temps en temps.

3/ Tailler les aubergines et les poivrons en quartiers. Eplucher et hacher l'ail.

4/ A mi-cuisson du poulet, ajouter les légumes dans le colombo, dresser sur assiette décorer de segments de coriandre.

5/ Servir avec un riz créole.

 

 

Et pour les enfants, pourquoi pas un cordon bleu maison ?

Meilleur, plus nourrissant que l'industriel...et simple à faire !

 

Ingrédients pour 4 personnes :
 

  • 4 escalopes de poulet

  • 4 tranches de jambon

  • 8 fromages à hamburger ou 8 tranches d'emmental

  • 1 œuf

  • De la chapelure

  • Sel

  • Poivre
     

Préparation :
 

1/ Diviser les escalopes en 2 dans le sens de la longueur, les assaisonner.

2/ Poser une tranche de jambon sur une des faces de l'escalope puis 2 tranches de fromage à hamburger ou d'emmental.

3/ Refermer l'escalope avec l'autre face.

4/ Battre un œuf entier, dans un bol et faire tremper le cordon bleu sur toutes ses faces. Puis le tremper dans la chapelure.

5/ Une fois le cordon bleu pané, le faire cuire dans un poêle huilée bien chaude sur chaque face. Cuire une quinzaine de minutes.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Ah ces salades en sachets...!

November 12, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

November 4, 2019

October 28, 2019

Please reload

Archives