Il n'y a que l'ail qui maille !

December 19, 2018

Toute la France le cultivait et l’appréciait au Moyen-Age, mais au XVIIème siècle, le nord s’en détourne. Il trouve refuge dans le sud, où il devient l’un des piliers du célèbre régime méditerranéen comme le montre ce tour d’horizon.

 

L’ail a toujours figuré parmi les légumes-condiments les plus populaires en France : il fait partie des «provisions condimentaires» de base pour la cuisine, non seulement dans le Midi, son terroir de prédilection, mais aussi dans toutes les autres régions de notre pays.

La production de l’ail est surtout localisée dans le Sud-Ouest (Gers, Tarn, Tarn-et-Garonne) et le Sud-Est (Vaucluse et Bouches-du-Rhône).

Il est disponible toute l’année.

 

L’ail possède des propriétés santé et un parfum incomparables pour apporter des composés protecteurs à notre corps et du relief à de nombreux plats. Avec une belle efficacité, car de petites quantités suffisent pour faire beaucoup d’effets !

 

 

Doté de vertus antibactériennes...

 

L’ail est traditionnellement utilisé depuis l’Antiquité pour lutter contre les infections. En 1858, Louis Pasteur démontre expérimentalement cette action antibactérienne sur les bactéries gram positives, les salmonelles et la bactérie Escherichia coli. Cette propriété est due à la présence dans l’ail d’un composé nommé allicine.

 

Peu calorique, l'ail contient de nombreux antioxydants.

Parfumé, il relève les préparations et réduit l'usage du sel mais il est plus digeste cuit que cru.

 

 

Le saviez-vous ?

 

Il appartient à la même famille que l'asperge et l'oignon.

 

 

Une odeur… de sulfure?!
 

L’odeur de l’ail est… unique ! Et parfaitement identifiable, qu’on l’aime, ou pas. Ce qui la rend si particulière, c’est la présence de composés sulfurés. Ces molécules sont libérées à chaque fois que vous écrasez, broyez ou coupez l’ail. Des gestes peu anodins puisqu’ils transforment l’alliine (inactive et inodore) en allicine, responsable de l’odeur caractéristique de l’ail. Par la suite, l’allicine subit encore d’autres modifications chimiques et les composés formés présenteraient de nombreux bienfaits santé.

 

 

Petit mais fort en fibres
 

L’ail est naturellement riche en fibres, en particulier en fibres solubles dont la plus connue est l’inuline. Celle-ci favorise la régularisation et la stimulation du transit intestinal, entre autres grâce à son action favorable sur la croissance de bonnes bactéries dans le côlon, comme tous les prébiotiques.

 

 

Un condiment pour remplacer le sel
 

Etant un condiment – ce qui signifie qu’il est consommé en petites portions – l’ail fournit de faibles quantités de ces précieux nutriments. Une bonne raison de le consommer régulièrement, d’autant qu’il permet, grâce à son parfum, de réduire l’usage du sel en cuisine !

 

L’ail contient aussi :

  • du phosphore

  • du potassium

  • du manganèse

  • du sélénium

  • de la vitamine C

  • de la vitamine B6

  • de la vitamine B1

  • des antioxydants (flavonoïdes et les tocophérols)

 

Trucs et astuces

 

Avant de le cuisiner, il est préférable de retirer sa peau. Mais comment faire pour ne pas que cela colle aux doigts et que l’odeur persiste sur les mains ensuite ?

 

Quelques astuces pour faciliter cette étape :

  • 1ère astuce : prendre la gousse, puis à l’aide du poing, donner un léger coup sur la gousse. La peau sera plus facile à retirer par la suite.

  • 2ème astuce : mettre la gousse d’ail dans un pot vide (confiture, moutarde …) ou un shaker, puis secouer jusqu’au moment où la peau est partie ! Le temps varie en fonction de la grosseur de la gousse et du nombre de gousses.

  • 3ème astuce : prendre un saladier d’eau froide, et laisser tremper les gousses dedans pendant 5 min environ. La peau sera plus souple et donc plus facile à retirer.

Pour retirer l’odeur de l’ail sur les doigts, il suffit de frotter les doigts sur de l’inox mouillé.

 

 

Recette de smoothie anti-cancer

(la nutrition.fr)

 

Ingrédients pour un verre :

  • 1 c. à s. de graines de lin

  • 2 gousses d’ail

  • 1 grosse poignée de cresson

  • 1 grosse poignée de jeunes pousses d’épinard

  • 1 poignée de graines de brocoli germées

  • 1 pincée de poivre

  • 1 c. à c. de curcuma

  • 1 yaourt au soja nature au bifidus ou au lactobacillus

  • Sel


Préparation :

 

1/ Lavez et essorez le cresson et les épinards.
2/ Mixez ou moulez les graines de lin afin de les réduire en poudre. Dans le bol d’un mixeur ou d’un blender puissant, disposez tous les ingrédients : le cresson, les jeunes pousses d’épinard, les graines germées de brocoli, le poivre, le curcuma, les graines de lin, les gousses d’ail, le sel et le yaourt au soja.
3/ Mixez jusqu’à obtenir l’émulsion parfaite des ingrédients.

4/ C’est prêt ! Vous pouvez boire le smoothie.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Ah ces salades en sachets...!

November 12, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

November 4, 2019

October 28, 2019

Please reload

Archives