Idée reçue : pas plus de trois œufs par semaine !

October 7, 2019

Bon marché, pratique, facile à cuisiner, nourrissant, l’œuf a tout pour lui. On recommande pourtant de ne pas en abuser. Ainsi, il faudrait éviter de manger plus de trois œufs par semaine. Raison de cette interdiction : l’œuf est trop riche en cholestérol. Et qui dit cholestérol, dit maladies cardiovasculaires ! Ces recommandations sont-elles scientifiquement fondées ? Faut-il considérer que le fait de manger quotidiennement un œuf à la coque au petit déjeuner est une mauvaise habitude à laisser tomber d’urgence ? Rien n’est moins sûr...

 

Des études qui contredisent ces recommandations...

 

En 1999, les chercheurs de l’École de santé publique de Harvard (Boston) ont voulu connaître l’impact réel de la consommation des œufs sur la santé cardiovasculaire. Ils ont analysé les habitudes alimentaires pendant plus de 10 ans de 40 000 hommes et de 80 000 femmes volontaires.

 

Leur verdict : les personnes qui mangent un œuf par jour n’ont pas plus de problèmes coronariens et d’infarctus que ceux qui en mangent moins d’un par semaine, exception faite des diabétiques qui voient, au contraire, leur risque doubler lorsqu’ils consomment des œufs quotidiennement.

 

Ces premiers résultats ont été confirmés en 2007 par une autre étude de moins grande envergure, menée sur 10 000 personnes par des chercheurs américains. Ceux-ci ont mis en évidence que les mangeurs d’œufs (plus de 6 par semaine) n’avaient pas plus de risque d’infarctus que les autres. D’autres études plus récentes (mais pas toutes) ont conclu pareillement. Mais qui n’encouragent pas non plus la surconsommation.

Ces études ne signifient pas pour autant qu’il n’y a aucun problème à se lâcher sur les œufs.

 

Dans une étude publiée en 2008, les chercheurs de l’École de santé publique de Harvard, ont refait leurs calculs sur les 40 000 hommes et 80 000 femmes après 10 ans de suivi supplémentaires (soit 20 ans au total).

 

Nouveau verdict : en consommant jusqu’à 6 œufs par semaine, soit un peu moins d’un œuf par jour, on n’a pas plus de risque d’insuffisance cardiaque.

En revanche, ce risque augmenterait de 30 % pour plus d’un œuf par jour et de 60 % à partir de 2.

L’œuf mérite de faire partie de l’alimentation... Vous l’aurez compris, il est inutile de diaboliser l’œuf. D’autant plus qu’il a de nombreux intérêts nutritionnels.

 

L’Organisation mondiale de la santé le considère d’abord comme une excellente source de protéines, en particulier pour l’enfant. Pour un prix modique ! Le jaune tire quant à lui sa belle couleur des pigments caroténoïdes et notamment de la lutéine et de la zéaxanthine, deux antioxydants connus pour leur effet préventif sur la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une maladie du vieillissement qui affecte la vue. Surtout s’il est enrichi en oméga-3...

 

Depuis une vingtaine d’années, on trouve dans les supermarchés des œufs enrichis en oméga-3. Ceux-ci sont obtenus en ajoutant dans l’alimentation de la poule des graines de lin. Ces graines contiennent aussi de la vitamine E qui protège les oméga-3 de l’oxydation. Cette catégorie d’œuf couvre entre 10 et 100 % des apports en oméga-3.

C’est donc un excellent substitut protéique, en particulier si on n’aime pas le poisson mais également si on manque d’oméga-3, ce qui est le cas de la grande majorité des habitants des pays occidentaux.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

« Récré O’lé » : un aliment ultra-transformé, recommandé par le Nutriscore...

December 2, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

November 4, 2019

Please reload

Archives